Le soleil : Dieu vénérable ou monstre diabolique pour votre santé ?

Vous travaillez dans un bureau sombre toute la journée ? Vous déjeunez devant votre ordinateur et ne voyez pas la lumière du jour quand vous êtes au travail ? Vous vous sentez fatiguée ? Vous êtes régulièrement de mauvaise humeur ? Vous avez des difficultés à vous endormir le soir ? Peut-être également des douleurs musculaires ? Et si vous manquiez tout simplement de soleil ?

Les bienfaits de la lumière solaire sur notre organisme sont nombreux et vitaux. Nous savons tous que le manque de lumière agit sur l’humeur et est responsable de la dépression saisonnière chez une part importante de la population.

En cause le manque de vitamine D.

La lumière du jour est tellement vitale que le Code du Travail prévoit notamment que :

article R. 4223-3 : les locaux de travail disposent autant que possible d’une lumière naturelle suffisante.

article R. 4223-4 : les locaux aveugles affectés à un travail permanent doivent être adaptés à la nature et à la précision des travaux à exécuter. Le niveau d’éclairement mesuré au plan de travail doit au moins être égal à 200 lux.

Il s’agit d’un seuil minimal.

Si votre patron avait la mauvaise idée de vous reléguer au fin fond d’un placard à balais sans ouverture sur l’extérieur, il s’exposerait à de graves sanctions car cette situation laisse présumer l’existence d’un harcèlement moral au sens de l’article L 1152-1 du Code du travail (Cour d’appel de Paris 28 janvier 2010 Numéro JurisData : 2010-005277)

Si certains bienfaits de la vitamine D sont connus de tous, les actions de notre Dieu Soleil tant vénéré des anciens ont d’autres bénéfices moins diffusés dans les médias et vont parfois à l’encontre de conseils largement diffusés par la publicité.

Découvrons les vertus de notre merveilleuse source de lumière naturelle sur notre organisme et essentielles pour notre santé.

#1 – Un moral d’acier

Travailler entre quatre murs, privée de la lumière du jour du matin au soir… Pas vraiment anodin car les lampes de bureaux n’imitent pas du tout la lumière naturelle. Elles n’émettent qu’une infime partie du spectre lumineux.

Certains types de lumière essentiels à notre équilibre physique et psychique (le bleu, les ultra-violets et les infrarouges notamment) ne sont pas émis et manquent incontestablement à notre organisme car ce sont les UVB qui permettent à notre corps de synthétiser la fameuse vitamine D également appelée « vitamine miracle ».

Une étude de la North Western University a été menée auprès de 49 employés de bureau dont 27 travaillaient dans un bureau sans fenêtre et 22 avec des fenêtres. Cette étude a ainsi mis en évidence l’importance de l’exposition à la lumière naturelle pour la santé des employés et la priorité à donner aux espaces de travail exposés.

Les auteurs concluent : « Il existe des preuves croissantes que l’exposition à la lumière pendant la journée, surtout le matin, est bénéfique pour la santé avec des effets sur l’humeur, la vigilance et le métabolisme« .

Une exposition au soleil quotidienne et modérée (une demi-heure suffit !) agit directement sur le moral, car elle stimule la production de sérotonine, neurotransmetteur agissant sur l’humeur. Le soleil nous permet ainsi de lutter contre la dépression.

Mais pas seulement…

#2 – Une horloge interne régulée

Les chercheurs sont formels : les salariés qui travaillent dans un bureau pas ou mal éclairé par le soleil dorment en moyenne ¾ d’heure de moins. Et moins de sommeil, c’est souvent synonyme de moins d’efficacité.

Le soleil contribue à réguler notre horloge interne et notre sommeil : nos yeux reçoivent la lumière solaire et la transmettent au cerveau, qui relaie à son tour l’information à l’épiphyse. En fin de journée, celle-ci sécrète la mélatonine qui favorise le sommeil.

Dans l’étude de la North Western University, les participants mieux exposés à la lumière naturelle durant leur journée de travail ont noté une qualité et une durée de sommeil supérieures (46 minutes de plus par nuit en moyenne), et pratiquaient plus d’activité physique.

Les employés « exposés » ont reçu 173% d’exposition à la lumière blanche pendant leurs heures de travail. Or la lumière est l’agent de synchronisation le plus important pour le cerveau et le corps. Une synchronisation correcte de nos rythmes biologiques internes est essentielle pour la santé.

Quant aux employés non exposés, ils ont déclaré une moindre qualité de vie liée à des problèmes physiques et un manque de vitalité ainsi qu’un sommeil perturbé.

Pourquoi ? L’intensité d’une lumière artificielle est constante à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, ce qui perturbe notre horloge biologique. Déconnectée du cycle du soleil, elle se met à avoir des ratés.

Ce qui nous amène au point suivant…

#3 – Une santé de fer

Pour le Dr Jacob Liberman, auteur de Lumière, médecine du futur (éd. Le Courrier du livre) : « les sécrétions hormonales sont perturbées et le système immunitaire fragilisé« , générant une fatigue lancinante et une plus forte susceptibilité aux infections.

Plus inquiétant, la surexposition à la lumière artificielle serait cancérigène. Des animaux soumis longtemps à un éclairage artificiel développent davantage de tumeurs, en particulier au niveau mammaire. En cause : des fluctuations anormales de leur taux de mélatonine, hormone dont la production est normalement stimulée par la baisse progressive de luminosité au cours de l’après-midi.

Dans Soleil, mensonges et propagande (Thierry Souccar éd.), le Dc Brigitte Houssin dénonce les messages qui incitent à fuir le soleil. S’il est indéniablement nocif et déclenche des cancers de la peau à haute dose, des milliers d’études prouvent qu’en s’exposant régulièrement au soleil des beaux jours, on prévient de nombreux cancers, l’ostéoporose et même les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Depuis les années 80, des chercheurs épidémiologistes américains ont mis en évidence que les personnes qui ont un taux de vitamine bas sont celles qui ont plus fréquemment des cancers. Il a été démontré que la vitamine D diminue la démultiplication des cellules cancéreuses, empêche la transformation de cellules précancéreuses en cellules cancéreuses.

Une étude canadienne d’une dizaine d’années portant sur plus de 500 femmes ayant eu un cancer du sein a montré que celles qui avaient un taux de vitamine D élevé ont eu moins de récidives et un taux de mortalité plus bas.

Mais ce n’est pas tout…

#4 – Une hyperactivité réduite

Environ 11% des enfants (soit 6,4 millions) aux Etats-Unis et entre 4% à 6% en France sont touchés par le TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité). Les symptômes de ce trouble sont l’inattention, l’hyperactivité et des problèmes de comportement. Il toucherait environ 5,3 % des enfants dans le monde, mais avec des variations en fonction des régions.

Selon des chercheurs néerlandais du Research Institute Brainclinics, l’absence de lumière naturelle intense pourrait expliquer 1/3 des cas de TDAH chez l’enfant.

En comparant les cartes de prévalence du trouble et celles de l’intensité solaire provenant de 49 États américains et 9 autres pays, le constat est sans appel : les deux cartes concordent parfaitement.

Dans les régions les plus ensoleillées, les troubles de l’attention avec hyperactivité sont environ deux fois moins fréquents.

Aux USA, les États les plus ensoleillés (Arizona, Californie, Colorado, Nevada, Nouveau Mexique et Utah) comptent 6 à 8 % d’hyperactifs. Par contre dans les États moins ensoleillés du nord-est, cette fréquence est presque deux fois plus élevée : 10 à 14 %.

Les auteurs ont tenu compte du niveau de vie et d’autres facteurs pouvant influencer les résultats, mais l’association entre soleil et hyperactivité se maintenait malgré tout. De plus, cette relation était spécifique de l’hyperactivité ; elle n’existait pas pour la dépression ou l’autisme.

Plusieurs hypothèses pourraient expliquer le lien entre ensoleillement et troubles de l’attention.

Celles retenues par les chercheurs : les enfants vivant dans des régions ensoleillées passeraient plus de temps à jouer à l’extérieur et à pratiquer une activité physique. Or le fait de bouger limiterait les troubles de l’attention et l’hyperactivité.

Entre 1973 et 1975, John Ott (spécialiste de l’image qui s’intéressa de près aux effets de la lumière sur le vivant) eut l’occasion de mener une vaste étude comparant les effets des néons classiques et ceux d’un éclairage plein spectre sur les élèves scolarisés.

Résultat : le taux d’absentéisme, la concentration et les résultats scolaires des élèves étaient significativement améliorés s’ils bénéficiaient d’un éclairage proche de la lumière complète du soleil. Mieux, les enfants hyperactifs ont vu leur comportement et leur capacité d’apprentissage normalisés.

De plus, comme indiqué au #2, chez les personnes qui utilisent des écrans (ordinateurs, télévision, tablettes…) le soir, le pic de mélatonine est repoussé, les incitants à se coucher plus tard et avoir une durée de sommeil raccourcie. Or les enfants qui ne dorment pas assez souffrent plus souvent d’hyper activité. CQFD.

Dans la continuité de ces explications, voyons à présent un autre super pouvoir de la lumière solaire dont les medias parlent peu. Et pour cause…

#5 – Des yeux laser

William Horatio Bates (1860 – 1931), ophtalmologiste new-yorkais, professeur et chirurgien a mis au point au début du XXᵉ siècle une méthode qui améliore la vue et qui porte son nom.

Outre les exercices spécifiques pour exercer l’œil à retrouver une vue normale, il écrit : « la lumière est nécessaire à la santé de l’œil, l’obscurité lui est néfaste. Les masques pour les yeux, les visières, les luettes de soleil, les pièces sombres affaiblissent la vue et provoquent tôt ou tard des inflammations oculaires » (extrait de « Une vue meilleure avec le Dr Bates, ophtalmologiste » de J-Ph. Marie Dit Moisson – Dr William Bates (éditions Le courrier du Livre).

Depuis la fin des années folles, la prévalence de la myopie (difficulté à voir de loin) dès l’enfance a augmenté dans le monde entier. Des médecins ophtalmologistes japonais se sont penchés sur le sujet et les études indiquent que l’augmentation de la myopie est liée à un mode de vie trop enfermé (les enfants jouent moins à l’extérieur et passent plus de temps devant les écrans) et à une protection excessive contre les UV (lunettes).

Ces chercheurs ont montré que la lumière violette supprime la progression de la myopie. Ils ont tout d’abord étudié ce phénomène chez des poussins avant d’effectuer des mesures chez des enfants porteurs de lunettes de vue (bloquant la lumière violette) et de deux types de lentilles de contact (bloquant partiellement la lumière violette ou la laissant passer).

Les données ont montré que les lentilles de contact transmettant la lumière violette empêchaient le plus la progression de la myopie !

Le remède serait-il pire que le mal ? Des conseils dans d’autres domaines de la santé sont-ils aussi erronés ?

# 6 – Des os en béton

La vitamine D a un rôle absolument essentiel puisque c’est elle qui assure le transport du calcium et du phosphore depuis l’intestin jusqu’à l’os. L’absorption des ions présents dans les aliments joue un rôle clé dans le développement du squelette et le renforcement des os.

Pour être utilisable par l’organisme, la vitamine D a besoin de l’action des rayons ultraviolets (UVB) du soleil. C’est en effet au niveau de la peau qu’elle est modifiée par les UV.

Un minimum d’exposition au soleil est donc indispensable pour se construire et entretenir un squelette de bonne qualité car c’est cette précieuse vitamine qui favorise la croissance des enfants et prévient l’ostéoporose chez les personnes âgées.

Dans un rapport rendu public, l’Académie de Médecine Française (AMF) affirme que près de 80% de la population occidentale et la quasi-totalité des personnes âgées serait déficiente en vitamine D. Elle recommande ainsi d’augmenter considérablement l’apport journalier en vitamine D.

Passé un certain âge, l’organisme ne synthétise plus la vitamine D aussi facilement.

Le fait de suivre trop scrupuleusement les conseils relatifs au cancer de la peau en évitant complètement le soleil ou en s’enduisant systématiquement le corps de crème solaire indice 50, contribuent à cette carence dans la population. Le recul de l’activité physique en plein air en est également responsable.

Pour Brigitte Houssin, il vaut mieux rester peu de temps au soleil (même en plein midi) sans protection que longtemps entièrement tartiné de crème solaire.

Pour un adulte à peau claire et en bonne santé, la préconisation est de 3 expositions d’une quinzaine de minutes 2 à 3 fois par semaine tout au long de l’année.  L’essentiel étant que la peau ne rougisse jamais et donc d’éviter le coup de soleil.

Ceci est une moyenne : les personnes ayant une peau plus foncée ou vivant sous des hautes latitudes doivent s’exposer plus longtemps.

Chaque personne étant différente, à chacune de trouver la bonne dose ! Mais toutes ces études militent pour vous inciter à lever le nez de vos écrans, à pratiquer des activités de plein air et à faire le plein de vitamine D.

Vous, je ne sais pas, mais moi je sors ! 😎 Bonne vacances !

————————————————————

Certaines de ces informations vous ont surprise ? Vous allez tester les préconisations ? Ou au contraire ne rien changer à vos habitudes ? Réagissez à ces informations et laissez un commentaire ci-dessous !

Et si d’autres sujets vous tiennent à cœur, n’hésitez pas à les suggérer ci-dessous.

Partagez sur vos réseaux sociaux préférés :
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.