5 astuces extraordinaires pour tenir ses bonnes résolutions

L’art de se fixer des objectifs

Les bonnes résolutions émergent systématiquement à certains moment clés de l’année : nouvel an, anniversaire, rentrée des classes… Il se produit un déclic qui nous donne envie de changer notre vie, et pourtant cette envie retombe aussi vite qu’un soufflet sortant du four.

Dans l’article Comment tenir ses bonnes résolutions : 10 erreurs à commettre pour s’auto saboter vous avez découvert pourquoi.

Voyons maintenant comment tenir à coup sûr ces satanées bonnes résolutions, grâce aux 6 fantastiques astuces suivantes.

Si vous les suivez à la lettre, vous n’aurez plus aucune excuse bidon pour ne pas exhausser vos souhaits les plus chers !

C’est parti.

N° 1 Liste de vos souhaits

Tout d’abord, nous l’avons vu dans le précédent post, vous devez déterminer un seul et unique objectif à la fois.

Comment choisir quand tout est méga important ?

Prenez une feuille et listez tout, absolument tout, ce que vous voulez changer dans votre vie actuellement. Ne vous interdisez rien.

Faites le sans vous poser plus de questions, sans chercher à savoir si c’est bien formulé ou non. Ne brûlez pas les étapes. Ecrivez ce qui vous vient.

Par exemple, reprenons les objectifs de l’article précédent :

  • Résolution n°1 : Trouver un nouveau job
  • Résolution n° 2 : arrêter de manger la tablette de chocolat dès que mon boss me donne du taf en plus
  • Résolution n° 3 : se remettre au sport pendant la pause déjeuner
  • Résolution n°4 : passer moins de temps à lire mes mails le soir à la maison

Une fois cette première opération effectuée, priorisez-les.

Si c’est extrêmement compliqué pour vous, procédez de la façon suivante, c’est imparable.

Sur une échelle de 0 à 10 (0 étant « pas prioritaire du tout » et 10 « objectif incontournable »), attribuez une note sur dix à chacun de vos supers objectifs de l’année.

Concentrez vous sur le premier objectif de votre magnifique liste, fermez les yeux et écoutez  ce que vous dit la petite voix (eh oui, finalement, elle est utile et elle sera ravie de vous rendre service). Notez le résultat.

Procédez ainsi pour chacun des objectifs de votre liste.

Supposons que vous obteniez le résultat suivant :

  • Trouver un nouveau job : 5
    parce que j’aime bien ce que je fais ; c’est la pression que je ne supporte plus
  • Arrêter de manger du chocolat : 8
    J’ai pris 5 kilos ces derniers mois, il faut que je commence à réagir
  • Se remettre au sport pendant la pause déjeuner : 8
    Pour m’aider à perdre ces 5 kilos ; cet objectif va avec le précédent
  • Passer moins de temps à lire mes mails le soir : 10
    J’ai vraiment envie d’avoir une vie de famille ; mon conjoint me fait souvent des reproches et mon couple risque de voler en éclat si je continue comme ça ; en plus je ne profite pas de mes enfants.

Tadam ! Vous avez votre objectif prioritaire ! Bravo.

En supposant que vous ayez obtenu une égalité parfaite en tête de votre classement, par exemple vous avez mis 10/10 à « Trouver un nouveau job » et « se remettre au sport pendant la pause déjeuner »…

Refermez les yeux et demandez à votre petite voix (eh, oui. Elle est vraiment sympa avec vous. Vous venez de découvrir une nouvelle amie) : « entre ces deux objectif, lequel des deux est le plus important » ? Et vous verrez, votre adorable petite voix pour donnera indubitablement la bonne réponse sur le champ !

Bien. Vous avez donc votre objectif le plus ambitieux pour vous.

Passons à présent à l’étape suivante.

N° 2 Reformulation de votre objectif de rêve

Vous allez à présent reformuler ce fameux objectif.

L’idée est d’obtenir un objectif réaliste et réalisable.

Pour cela, nous allons nous aider d’une génialissime méthode dont vous avez peut-être déjà entendu parler.

Elle est enseignée dans toutes les écoles de commerce, de marketing, de management, de coaching… Il s’agit bien évidement de la formidable méthode SMART.

Si vous la découvrez maintenant, sachez que derrière cet acronyme mystérieux se cachent 5 notions essentielles. Un préalable indispensable à tout changement de situation ou de comportement.

Donc définir un objectif SMART, cela signifie que votre objectif doit impérativement être :

Spécifique : précis et formulé PO SI TI VE MENT.

Oubliés les « j’arrête », « perdre », « ne plus », « partir » et compagnie. A la poubelle.

Une fois exprimé, une personne qui découvre votre objectif doit être capable de visualiser le résultat.

Le bon génie doit savoir instantanément sur quoi il doit agir.
Vous connaissez cette histoire drôle : un homme de cinquante ans se promène sur une plage et ressent une douleur épouvantable au pied droit.

Il s’arrête pour regarder de quoi il s’agit et découvre une vielle lampe toute oxydée enfouie dans le sable.

Il la déterre, la frotte pour la nettoyer, et là, apparaît miraculeusement un bon génie.

Celui-ci lui propose d’exaucer un vœu et un seul.

Le quinquagénaire réfléchi un instant et dit : « je veux une femme plus jeune que moi ».

Dans la seconde qui suit, notre homme s’aperçoit que ses mains sont toutes flétries et couvertes de taches de vieillesse.

Il a désormais quatre vingt ans.

Vous comprenez l’importance de formuler précisément votre objectif ?

Votre petite voix EST votre bon génie. Elle s’escrimera à tout mettre en œuvre pour exaucer tous vos souhaits, même les plus improbables.

Mais si vous ne les formulez pas suffisamment précisément, vous risquez d’avoir de très mauvaises surprises comme cet homme qui s’est instantanément transformé en vieillard, le pauvre.

Revenons à notre objectif de départ. « Passer moins de temps à lire mes mails le soir à la maison », va par exemple devenir « passer plus de temps le soir avec mon conjoint et mes enfants » !

Entendez la différence ! Ce n’est plus la même chanson… Ca devient sérieux, c’est du lourd.

Super. A vous. Procédez de la même façon pour votre objectif actuel et passons à la notion suivante.

Mesurable : donner des chiffres qui permettront de valider la progression et l’atteinte de votre objectif.
Par exemple dans l’objectif « passer plus de temps le soir avec mon conjoint et mes enfants », qu’est-ce que cela signifie « plus » pour vous ? « Plus » par rapport à quoi ?

Réfléchissez et calculez combien de temps vous passez actuellement avec votre famille.

Imaginons qu’entre 18 heures et 22 heures – soit quatre heures au total – vous consacrez une heure et demie à vos petits chérubins et trente minutes à votre cher époux… Ce qui au passage, explique pourquoi Monsieur n’est pas content.

Vous pouvez choisir de passer deux heures avec vos enfants et trois heures avec votre mari – oui, vous prenez vos repas tous ensemble ; et votre tendre et valeureux chevalier aime aussi passer du temps avec sa progéniture… notamment juste avant que les petits monstres aillent au lit. Vous passez donc des moments à quatre qui comptent aussi dans le temps passé avec votre conjoint.

Donc deux heures avec vos enfants, et trois avec votre mari. Qu’en pense votre petite voix.

Super méga important. Toujours valider avec votre petite voix. Est-ce qu’elle est OK avec ça ?

Non ? Elle vous dit de prendre trente minutes par jour rien que pour vous ? Pour surfer un peu sur internet, faire un peu de méditation, lire un bon livre…

Elle a raison. C’est important aussi d’avoir un rendez-vous avec vous-même !

Nouvelle validation : Trente minutes pour rien que pour vous et deux heures trente avec Monsieur ? C’est OK. Oui ? Alors go. Etape suivante.

Ambitieux : Nous venons de le voir, quand vous pensez à votre objectif, il doit vous donner envie d’y aller, aussi sûrement que vous êtes attirée par le prince charmant.

Si votre petite voix n’est pas d’accord à 200%, c’est qu’il y a un loup quelque part. Mieux vaut le débusquer maintenant et changer de cap avant de commencer, plutôt que de s’en apercevoir au bout de trois mois.

Vous devez trouver un objectif qui est suffisamment grand pour qu’il soit un défi, pour qu’il soit un challenge et pour qu’il soit motivant.

Mais il doit rester suffisamment petit pour qu’il demeure atteignable et réalisable.

Soyez assez ambitieuse pour être inspirante aux yeux des autres : votre conjoint, vos enfants, Julie votre meilleure amie, vos collègues… et votre deuxième meilleure amie : la petite voix.

Et pas trop pour rester en lice. Vous êtes partie pour un marathon, pas pour un sprint !

Vous avez terminé ? Votre objectif est un vrai défi à relever ? Passons à la suite du programme.

Réalisable : C’est-à-dire que votre objectif doit dépendre à 200% de vous.

Pour vous en assurer, formulez votre objectif à la première personne du singulier.

Par exemple : je veux passer deux heures avec mes enfants, deux heures trente avec Monsieur et prendre trente minutes pour moi pour méditer…

Mais est-ce réalisable pour autant ? Non. Peut-être que Monsieur préfère avoir une heure rien que pour lui.

Vous ne respectez pas ses besoins fondamentaux à lui. Cela va donc créer de nouvelles tensions au sein de votre couple, s’il a besoin d’une heure et que vous ne lui laissez que trente minutes de temps libre. Ce qui irait à l’encontre de votre objectif final : sauver votre couple… Quand je vous disais que vous pouviez aller de charybde en scylla.

Moralité : quand vos objectifs impliquent d’autres personnes, il est absolument indispensable de valider avec elles si VOS bonnes résolutions leurs conviennent.

A ce propos, la super technique SMART enseignée dans toutes les écoles, est extrêmement mal appliquée et c’est l’une des causes principale qui explique l’explosion  du mal être en entreprise. Pourquoi ?

Combien de fois ai-je entendu les managers à la SNCF fixer des objectifs vendeurs ? En 2017, vous devrez augmenter le chiffre d’affaire de 5% par rapport à l’an passé… Allo !

Posons-nous deux minutes. Qui apporte du chiffre d’affaire ?

1 – Les clients.

Si les clients ne viennent pas aux guichets, parce que le prix de l’essence diminue et qu’ils préfèrent prendre leur véhicule personnel, parce qu’ils en ont ras le bol d’arriver en retard à leur travail à cause des trains qui patinent sur les feuilles mortes, parce qu’un attentat terroriste est commis à Paris, parce que Monsieur Macron fait passer une loi autorisant l’ouverture de la concurrence, parce que… des milliards d’autres causes potentielles se produisent, croyez-vous sérieusement que les vendeurs aux guichets ont un quelconque moyen d’action sur ces événements ? Bien sûr que non.

Et quand de surcroit, les primes vendeurs sont indexées sur les bons résultats des ventes, les vendeurs qu’ils soient de la SNCF, d’Orange, de la Banque Postale ou de n’importe quelle autre société du monde sont en stress et tombent malade : dépression, burn out, tentative de suicide…

2 – Les vendeurs

Combien de managers et de patrons demandent à leurs équipes si les objectifs fixés en chambre conviennent à celles et ceux qui sont chargés d’exécuter les directives ?

Vous connaissez la banque Wells Fargo ? C’est la 4ème banque des Etats-Unis. En 2016, elle a essuyé un hallucinant scandale financier à ses dépens.

Pour atteindre les objectifs trop ambitieux fixés par leur Direction, des milliers de conseillers de la banque américaine ont ouvert deux millions de comptes fictifs entre 2011 et 2016.

Les malversations consistaient pour certains conseillers en clientèle à atteindre des objectifs commerciaux et pour d’autres à gagner des primes et des bonus.

Bilan : 5 300 conseillers licenciés.

Voilà comment par manque de concertation, une grande société a incité ses salariés à contourner le système pour satisfaire des objectifs irréalisables.

Pour vos objectifs personnels, il en est de même. Pensez à impliquer systématiquement votre entourage pour augmenter vos chances de réussite. Faute de quoi, l’envers de la médaille risque de vous mettre KO et de vous disqualifier.

Donc Monsieur veux une heure pour lui. Quel égoïste ! Mais c’est son choix. Si vous n’êtes pas d’accord, vous pouvez négocier.

Mais cette fois-ci, votre amie la petite voix vous souffle « cool ! » au creux de l’oreille.
Profitez-en !!!

Votre objectif devient donc : « je veux passer deux heures avec mes enfants, deux heures avec Monsieur et prendre une heure pour moi (trente minutes pour m’occuper de tâches que je faisais à la dernière minute ou le week-end et trente minutes pour méditer) ».

Parfait. Maintenant cet objectif est parfaitement sous contrôle.

Le vôtre aussi ? Alors, voyons sans attendre le dernier paramètre de la méthode SMART.

Temporellement défini : c’est-à-dire y ajouter une notion de temps.

Quand, à partir de quand, et éventuellement jusqu’à quand.

Je dis éventuellement car les écoles de coaching nous enseignent de mettre une date de fin. C’est parfois essentiel.

Par exemple, si je veux me présenter à un oral le 10 avril prochain, il est essentiel que je sois prête pour cette date. Le compte à rebours a commencé.

Mais mon expérience me fait dire que dans le cas d’un changement de comportement, comme ici « passer davantage de temps avec ma famille », c’est un engagement à vie ! Il n’y a pas de date de fin.

C’est d’ailleurs le drame auquel sont confrontées toutes les personnes qui veulent perdre du poids. Elles se fixent comme objectif d’atteindre 55 kilos, et dès que leur objectif est atteint, elles se remettent à manger comme avant.

Devinez ce qui se passe ? L’aiguille de la balance se déplace dans l’autre sens, souvent plus rapidement que pour descendre. Et alors que l’aiguille remonte à une vitesse vertigineuse, le moral chute à une vitesse grand V. Une véritable descente aux enfers.

Et la petite voix, avec sa bonne intention, claironne en force « t’es nulle ! ». Ce n’est pas pour vous dévaloriser.

Je vous l’ai dit, c’est votre amie. Elle a envie de vous faire plaisir.

Elle aussi, elle veut que vous soyez heureuse en pesant 55 kg.

Quand elle crie à tue tête à s’en décrocher les cordes vocales, c’est pour vous donner un coup de pied aux fesses et vous faire réagir. C’est pour vous dire : « reprend ton alimentation saine pour rester à      55 kg ».

Vous l’avez compris, ce sera pareil pour « passer plus de temps avec ma famille ».

Si au bout de 3 mois vous vous remettez à lire vos mails, pensez-vous que votre conjoint et vos enfants seront ravis ? Non. La menace que votre couple vole en éclat ressurgira.

Donc pour un changement de comportement définitif : une date de début, à quel(s) moment(s)… et un changement à perpétuité.

Même quand vos enfants auront quitté le cocon familial, il y aura de supers moments privilégiés avec eux… A condition d’avoir commencé dès leur plus tendre enfance.

Faute de quoi, une fois adulte, ils n’auront pas grand-chose à vous dire et sauront bien vous rappeler que vous n’avez pas pris de temps pour eux, quand ils étaient plus jeunes. Pourquoi eux devraient-ils le faire maintenant ?

Et oui, l’éducation des enfants, c’est aussi un investissement pour l’avenir. Vous en récolterez les intérêts plus tard. Sur vos vieux jours.

Votre objectif final est donc : « A partir d’aujourd’hui, chaque jour de la semaine (hors week-end et congés) je veux passer deux heures avec mes enfants, deux heures avec Monsieur et prendre une heure pour moi (trente minutes pour m’occuper de tâches que je faisais le week-end et trente minutes pour méditer) ».

Vous pouvez procéder de même pour le week-end et les congés si nécessaire.
Parce que j’imagine que le week-end, vous êtes aussi branché sur votre messagerie, non ?

En tout cas, pour la semaine : génial ! Votre objectif est désormais SMART avec ses indicateurs de réussite.

Woou ! Super !!! Comment vous sentez-vous ?

Aux anges ? Soulagée ? Prête à foncer ?….

Attendez, ne vous emballez pas. Nous n’avons pas fini.

Il reste encore deux étapes importantes à effectuer. Voyons tout de suite lesquelles.

N° 3 Envers du décor

Eh oui. Si le changement était simple, cela se saurait, et vous ne seriez pas là, à lire ma prose.

Comme nous l’avons vu dans le post précédent, si vous n’avez pas réussi à tenir vos bonnes résolutions jusqu’à maintenant, c’est qu’il y a 2 freins majeurs : les bénéfices secondaires et les émotions associées.

Pour commencer, appelez donc la petite voix et demandez-lui gentiment pourquoi elle vous pousse à passer autant de temps à travailler à la maison ? Qu’est-ce qui est important pour elle, quel besoin vital cherche-t-elle à combler ?

Là encore, il peut y avoir des milliers de raisons :

  • pour avoir une prime (hmmm – hors contrôle),
  • pour avoir de l’avancement (désolée – hors contrôle),
  • pour ne pas vous faire engueuler par votre boss (encore hors contrôle),
  • pour être meilleure que Virginie qui a d’excellents résultats (toujours hors contrôle),
  • par peur d’être licenciée (vous l’avez trouvé – hors contrôle)…

Déjà, comme vous le voyez, aucun de ces objectifs ne dépendent foncièrement de vous, ils sont tous sans exception hors contrôle. C’est donc bien normal d’avoir peur de ne pas y arriver.

Allons encore plus loin. Imaginons le pire du pire. Oui, oui. Je vous rassure, c’est pour de faux.

Imaginons que vous soyez licenciée aujourd’hui… Que se passerait-il pour vous ? Pour le coup, vous auriez vraiment du temps pour chercher un nouveau job ! Mais restons sérieuses.

Imaginons que vous n’obteniez pas l’avancement que vous espérez tant. Qu’est-ce qui se passera ? Je vous le donne en mil, vous continuerez à vivre comme aujourd’hui… Donc vous n’en mourrez pas puisqu’aujourd’hui vous êtes vivante.

Derrière l’ardeur que vous mettez à éviter de vous faire réprimander par votre boss, la peur est là qui sommeille en vous. Elle se cache tapie dans l’ombre, prête à surgir à la première alerte.

Et plus vous cherchez à éviter cette situation, plus vous augmentez les chances pour que cela se produise !

Ensuite, la peur, comme toute émotion dite « négative » est un indicateur vous signalant que quelque chose ne tourne pas rond en ce moment. Vouloir la supprimer, reviendrait à débrancher l’alarme incendie alors que la maison commence à s’embraser. Certes la sonnerie s’arrêterait… La situation s’améliorerait-elle pour autant ?

Plutôt que de vouloir stopper la sirène stridente, allons plutôt voir ce qui a déclenché cette alarme qui nous casse les oreilles !

C’est peut-être juste un banal mégot de cigarette mal éteint qui continue à se consumer lentement. Auquel cas, le sinistre sera rapidement circonscrit. Mais peut-être s’agit-il d’une bombe à retardement qui vient de s’enclencher… et vous l’avez compris, mieux vaut s’en occuper immédiatement avant d’engendrer une catastrophe nucléaire.

La plupart du temps, c’est juste un mégot jeté négligemment. Mais pour en avoir l’assurance absolue et être rassurée à 100%, il faut impérativement vous renseigner sur l’origine de l’alarme…

Cela s’appelle affronter ses peurs. Et devinez qui va nous livrer les renseignements ? Oui, la petite voix, bien sûr !

C’est elle qui a déclenché l’alerte. Demandez-lui gentiment : qu’est-ce qui te fait peur ? Quel est le pire du pire qui pourrait se produire ? Le conflit ? La honte ? Le rejet ? La trahison ?…

Que se passerait-il si votre N+1 ou N+2 entrait en conflit avec vous, si vous aviez la honte de votre vie, si vous étiez rejeté comme un vieux Kleenex usagé ou victime de haute trahison ? Auriez-vous moins du travail, moins de mails à traiter, moins de dossiers à étudier ou de réunions planifiées pour autant ?

Non. Le problème que vous avez à traiter est peut-être un banal problème d’organisation…

De votre part ou de façon plus générale, d’organisation du service.

 Auquel cas, il vous faudra soit prendre des mesures draconiennes pour vous débarrasser sans pitié de tout ce qui est superflu – demandez des conseils à Virginie ! Elle sera certainement ravie de vous aider, elle qui a de si merveilleux résultats que vous en rêvez la nuit ;

 Soit décidez d’en parler sans attendre à vos supérieurs avant de plonger dans les abîmes de la dépression profonde. Ils seront ravis d’apprendre que l’organisation est source de mal être au travail et risque de leur attirer des ennuis – là vous passerez pour une bienfaitrice capable d’identifier les pires catastrophes, et vous l’aurez votre promotion !… ou pas

Mais ceci est un autre sujet qui pourra faire l’objet d’un article à part entière. Pour le moment, recentrons nous sur notre objectif initial, j’ai nommé la terrible peur.

Une fois que vous avez pris conscience que dans 95% des cas, la situation ne changera pas d’un iota, vous pouvez reprendre votre respiration et commencer à vous détendre.

Et si vous souhaitez devenir aussi zen qu’un moine bouddhiste, vous pouvez apprendre à vous relaxer facilement et efficacement. Il existe des centaines de techniques éprouvées pour cela.

En voici quelques une : méditation, cohérence cardiaque, autohypnose, sophrologie, yoga, EFT, EMDR, taï chi, chi kong, pranayama…

Vous avez le choix ! Que du bonheur finalement !

Bien. Vous êtes de nouveau sereine à l’idée de poursuivre l’aventure ? A présent, il est temps de passer au palier suivant.

N° 4 Planification de votre objectif

Dernière étape avant le coup d’envoi : planifier vos nouvelles résolutions.

Pourquoi ?

D’abord parce qu’il faut 21 jours SANS AUCUNE INTERRUPTION pour remplacer une ancienne habitude par une nouvelle.

Ensuite, comme en entreprise, pour continuer à progresser, il faut faire REX (Retour d’EXpérience), autrement dit un bilan des actions passées.

Commencez par planifier sur le prochain mois (ou jusqu’à l’échéance si votre défi est un projet avec une date de fin) tout ce que vous avez défini dans votre objectif.

Exemple :

Exemple de planning

Vous aurez ainsi régulièrement sous les yeux le planning de vos soirées… Donc aucune excuse foireuse possible pour s’y dérober.

Une fois que c’est fait, planifiez trois rendez-vous d’une heure. Assurez-vous que pendant ce temps, strictement personne ne viendra vous déranger.

Premier rendez-vous dans un mois, le second dans six mois, le troisième dans un an.

Dans un mois, le jour dit, prévenez tout votre entourage (conjoint, enfants, amis, voisins…) que vous ne souffrirez aucun dérangement sous peine d’abominables représailles en retour. Téléphone éteint, internet coupé, messagerie fermée. Installez-vous bien confortablement.

Notez sur une feuille tout ce qui s’est passé depuis le début de votre engagement : succès (grands ET les petits), échecs, erreurs à ne pas refaire, résultats obtenus (les bons, les moins bons, les surprises), les découvertes, le ressenti (contente ou pas), ajustements éventuels à apporter… Bref. Tout ce qui pourra vous aider à avancer.

A la suite de quoi, ajustez votre programme, notez de nouveau les décisions prises dans votre agenda et planifiez un nouveau rendez-vous dans un mois.

Procédez ainsi jusqu’à ce que votre nouveau comportement soit devenu aussi naturel que de respirer…

Et dans six mois, lorsque vous redécouvrirez le rendez-vous planifié, vous aurez la délicieuse surprise de constater combien vous avez faits de progrès et que pour rien au monde vous ne reviendrez en arrière !

Reste la dernière étape à franchir, et non la moindre.

N° 5 Action

Vous avez suivi toutes ces étapes au fur et à mesure ? Félicitations ! Vous faîtes partie des 5% de personnes qui passent à l’action après s’être lancé un défi.

Vous avez juste lu la procédure ? Envie de vous lancer dans cette nouvelle aventure ?

Bravo à vous également… Quand commencez-vous ?

Pour les autres, c’est à n’en pas douter que tout va pour le mieux dans votre vie. Donc merci à vous d’avoir pris le temps de lire mon article jusqu’à la fin. Avant de partir, dîtes-moi ce qui vous a accroché !

————————————————————

Partagez ici votre avis sur cet article. Qu’avez-vous appris ?
Vous a-t-il donné envie de passer à l’action ? Est-ce déjà fait ?
Et si cet article vous a éclairé, n’hésitez pas à partager le avec nous !

Partagez sur vos réseaux sociaux préférés :
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.